Habiletés de planification: petit aide-mémoire visant à soutenir l’élève

Loïk doit résoudre le problème suivant:

Loïk doit donc solliciter ses habiletés de planification.

Faisons ensemble une brève incursion dans le monde de cette composante des fonctions exécutives.

La planification en tant que composantes des fonctions exécutives

Rappelons tout d’abord la définition de base des fonctions exécutives.

Elles permettent donc à l’élève la réalisation d’un comportement dirigé vers un objectif, ce qui lui permet de s’adapter aux situations nouvelles ou complexes. Conséquemment, la réalisation de ces actions nécessitera de solliciter les habiletés de planification de la part de l’élève, habiletés qui se développent tout au long de l’enfance et de l’adolescence.

Il importe tout de même de se situer en fonction de nos repères développementaux (cf.: Préscolaire 4 et 5 ans et fonctions exécutives: nuances et mises en garde):

Plusieurs chercheurs mentionnent que les processus inhibiteurs et de mémoire de travail émergent de manière plutôt précoce chez les touts-petits, puis la composante flexibilité cognitive se distinguerait un peu plus tard.

Enfin, lorsque ces trois composantes seront bien installées, les processus de plus haut niveau, tel que la planification de l’action, deviendront opérationnels (Diamond, 2013).

Conclusion: nous ne devons pas nous attendre à ce que nos élèves du primaire soient en mesure de mettre en œuvre des scénarios de planification très étoffés!

La planification


En simple, il s’agit de planifier dans le temps une succession d’étapes, en vue de la réalisation d’un but.


Stratégique

La planification nécessite de:

  • Concevoir des stratégies;
  • Sélectionner des stratégies;
  • Appliquer des stratégies.

Relativement complexe

Elle doit tenir compte:

  • De ce qui doit être fait (la tâche, l’action, le comportement);
  • Du but, de l’objectif, du résultat à obtenir;
  • Des points positifs versus les points négatifs envisageables (anticipations de l’écart entre ce qui risque d’arriver et l’objectif): l’élève doit se demander quel est le meilleur chemin à emprunter pour atteindre l’objectif;
  • Des ressources disponibles versus des contraintes qui elles, peuvent être de différents ordres: environnementales, matérielles, psychologiques, culturelles, temps, etc. Les fonctions exécutives devront d’ailleurs gérer les priorités en fonction de ces contraintes. Par exemple, si Isaac doit remettre son travail de chimie dans deux jours, il ne planifiera peut-être pas de la même manière que s’il devait le remettre dans deux mois!

L’interdépendance des différentes composantes

N’oublions pas que les fonctions exécutives sont interdépendantes, la planification n’échappe pas à cette règle. Par exemple:

Les stratégies se réalisent via une suite d’actions qui se succéderont dans le temps selon une chronologie organisée de façon logique (idéalement du moins!).

Elle est donc très séquentielle.

L’inhibition est également nécessaire à une bonne planification.

Ève est très loquace et elle aime élaborer verbalement sur différents sujets. On lui a d’ailleurs souligné à de multiples reprises que ceci était une grande force chez elle. Aujourd’hui, pour réussir sa présentation orale, elle doit synthétiser et aller aux points saillants afin que les autres élèves soient en mesure de comprendre ce qu’est un neurone en seulement 5 minutes. Ève doit être en mesure d’inhiber son habitude de se lancer dans de longues explications, cibler les points importants, les mettre en ordre et tenir compte du facteur temps. Bref, elle doit planifier.

La mémoire de travail a aussi son rôle à jouer: l’élève doit garder en mémoire de travail les différentes étapes à exécuter ainsi que leur ordre, se souvenir de ce qu’il a déjà fait et de ce qui lui reste à faire.

Enfin, l’élève doit être en mesure de s’activer pour mettre en œuvre ses stratégies et les mener à terme.


Pour toutes ces raisons, voici un petit aide-mémoire bien utile à tout intervenant désireux d’accompagner l’élève au niveau du développement de ses habiletés de planification:

La planification à l’école: aide-mémoire

Références

Caron, A. (2011) Être attentif c’est bien mais persister c’est mieux! Stratégies pour développer la persistance dans la tâche chez les élèves. Chenelière Éducation.

Diamond, A. (2013). Executive functions. Annual Review of Psychology, 64, 135–168. https://doi.org/10.1146/annurev-psych-113011-143750

Lussier, F., Chevrier, E. et Gascon, L. (2018). Neuropsychologie de l’enfant et de l’adolescent: Troubles développementaux et de l’apprentissage. Paris: Dunod.

Mazeau, M. et Pouhet, A. (2014). Neuropsychologie et troubles des apprentissages chez l’enfant : du développement typique aux dys- (2e édition, Ser. Neuropsychologie). Elsevier-Masson.

Moret, A. et Mazeau, M. (2019). Le syndrome dys-exécutif chez l’enfant et l’adolescent : répercussions scolaires et comportementales (2e édition). Elsevier Masson.

Publié par Louise Rodrigue, psychologue/neuropsychologue scolaire

Détentrice d’un grade de doctorat en psychologie, neuropsychologue en milieu scolaire et fondatrice du site WWW.1001NEURONESENACTION.COM

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :