La flexibilité cognitive: nos stratégies

© Louise Rodrigue, psychologue/neuropsychologue scolaire

L’élève semble présenter des difficultés au niveau de la flexibilité cognitive?

Certaines stratégies peuvent être mises en place afin d’aider à la fois l’élève, mais également pour rendre le quotidien de son entourage plus paisible…

• Miser sur la prévisibilité: l’élève doit être en mesure de savoir ce qui s’en vient et d’anticiper les transitions. Pour ce faire, l’utilisation d’un horaire est généralement conseillée;

• Annoncer à l’avance que la transition s’en vient…

• Toujours se souvenir que les fonctions exécutives sont sollicitées lors de nouveaux apprentissages: faire ressortir les similitudes et les différences entre ce qui a déjà été appris et le nouvel apprentissage;

• S’assurer que l’élève ne bloque pas dans une impasse en répétant constamment la même erreur. Il est important de l’aider à voir et corriger ses erreurs: il ne le constatera probablement pas spontanément!

• Travailler la résolution de problème dans différentes situations:

• Demander à l’élève d’envisager un problème sous différents angles, différents points de vue. Pour ce faire, il peut être aidant d’aborder le sujet à partir de la métaphore de la montagne: si nous voulons accéder au sommet, nous pouvons prendre différents chemins. Certains sont plus courts, mais difficiles et dangereux. D’autres sont plus faciles, mais plus longs. Discuter avec l’élève des différentes solutions, des aspects positifs et négatifs à considérer avant de choisir la meilleure solution, etc. Par la suite, il importe de transposer explicitement le même raisonnement face à ses problèmes de la vie quotidienne.

• Pour l’élève un peu plus vieux, il peut être intéressant d’amorcer une discussion sur les différences de point de vue à partir de la lecture d’un roman. Par exemple, il pourrait s’agir de répondre aux mêmes questions du point de vue de plusieurs personnages. Par la suite, ramener ce même raisonnement à ses propres difficultés versus la façon dont les gens peuvent les percevoir.

Un petit plus pour certains élèves…

Pour les élèves très touchés relativement à cette fonction (souvent, c’est le cas des enfants atteints du spectre de l’autisme par exemple), il peut être nécessaire de donner un coup de pouce supplémentaire. Noter bien ceci: il est inutile de s’acharner à vouloir que ce type d’élève suive le même rythme que tous, sans adaptation supplémentaire. Le problème fera boule de neige… Par exemple, si nous ne tenons pas compte de son besoin de temps de transition pendant les tâches, il ne commence pas en même temps que tous, il perd le fil, ses apprentissages peuvent en être affectés, puis son comportement…

• Laisser suffisamment de temps à l’élève pour passer d’une tâche à l’autre;

• L’utilisation d’un pictogramme « imprévu » est une avenue à explorer dans la routine. Il s’agira de lui expliquer et de l’entraîner au préalable. Lorsqu’un imprévu surgira dans l’horaire, il suffira de l’apposer sur celui-ci.

Dernière mise à jour: 7 avril 2021