La mémoire sensorielle (ou registre sensoriel)

© Louise Rodrigue, psychologue/neuropsychologue scolaire

Ce type de mémoire fonctionne sans que nous en soyons véritablement conscients.

Vous ne serez certainement pas surpris de lire que la mémoire sensorielle réfère à la perception de nos cinq sens, soit:

  • la vue (par exemple, retenir des images telles que des visages, des lieux, des objets);
  • l’ouïe (par exemple, retenir des sons);
  • l’odorat (par exemple, retenir l’odeur d’une tarte qui sort du four);
  • le goût (par exemple, retenir le goût de cette délicieuse tarte);
  • le toucher (par exemple, retenir la douceur de la fourrure que l’on caresse).

Ce type de mémoire conserve très brièvement l’information perçue (nous parlons ici de quelques centaines de millisecondes à une ou deux secondes!). Elle est d’ailleurs souvent considérée comme faisant partie du processus de perception. Ainsi, certains auteurs ne la considèrent pas vraiment comme une mémoire à proprement parler. Vous entendrez par ailleurs le terme registre sensoriel pour désigner sa présence: les informations qui sont perçues passent obligatoirement par ce registre sensoriel avant de se diriger vers la mémoire à court terme.

Cet enregistrement sensoriel n’en demeure pas moins important pour tous, dont nos élèves. Il s’agit de la porte d’entrée qui nous met en contact avec le monde extérieur. Si cette porte d’entrée fait défaut, tout le reste est nécessairement impacté…

Dernière mise à jour: 7 avril 2021