Les fonctions exécutives

© Louise Rodrigue, psychologue/neuropsychologue scolaire

De mieux en mieux connues, les fonctions exécutives (aussi appelé contrôle cognitif par certains auteurs) jouent un rôle important dans différentes sphères : le développement psychologique, les apprentissages, l’autorégulation des comportements, l’acquisition des compétences sociales, etc. Elles sont d’ailleurs parfois appelées les super-fonctions. Elles sont majoritairement sous la gouverne de nos lobes frontaux.

En fait, le terme fonctions exécutives est le nom donné à un ensemble de processus cognitifs interdépendants de haut niveau permettant la réalisation d’un comportement dirigé vers un but.

Décortiquons cette définition :

On désigne sous le terme «fonctions exécutives», un ensemble de processus cognitifs interdépendants de haut niveau (ex. : l’inhibition, la mémoire de travail, l’organisation, la planification, la flexibilité cognitive, etc.)….

permettant la réalisation d’un comportement (le comportement à réaliser pourrait par exemple être de résoudre un problème en mathématiques)…

dirigé vers un but (dans le présent exemple, le but est de trouver la bonne solution au problème).

Fonctions exécutives definition

De façon imagée, nous disons souvent que le concept des fonctions exécutives est similaire à un chef d’orchestre. Le chef d’orchestre doit superviser et contrôler de façon fluide et harmonieuse l’ensemble des composantes de son orchestre afin d’obtenir une belle œuvre musicale…

Les fonctions exécutives sont sollicitées dans les situations ou les tâches qui sont nouvelles pour l’élève, situations ou tâches où ses seules connaissances au sens strict du terme et ses automatismes/routines ne suffisent plus pour faire face à la situation.

Lorsque l’orchestre doit apprendre une nouvelle pièce, le rôle du chef est essentiel pour coordonner le tout et éviter la cacophonie!

Ainsi, lorsqu’un élève exécute des activités routinières qu’il répète jour après jour (par exemple, la routine du matin à la maison), les fonctions exécutives n’interviennent que très peu : il s’agit au contraire d’automatismes. Attention toutefois! Le milieu scolaire est truffé de surprises inattendues et les conditions environnementales de l’élève ne peuvent pas être aussi bien contrôlées qu’à la maison. Par exemple, si la routine du matin est fonctionnelle à la maison, car elle est toujours relativement la même, la routine du matin à l’école peut ne pas aussi bien se dérouler. La raison en est très simple : à l’école, plusieurs évènements inédits peuvent survenir (ex.: un ami qui interagit avec l’élève, des élèves qui se bousculent, etc.), ce qui sollicitent certaines composantes des fonctions exécutives (ex. : inhiber les distractions, faire preuve de flexibilité cognitive, etc.) qui peuvent être plus ou moins fonctionnelles selon le cas.

En quoi les fonctions exécutives sont-elles importantes dans les apprentissages?

En fait, elles sont à la base de tout nouvel apprentissage!

Peu importe ce que l’élève apprend, lorsque l’information est nouvelle, il n’a pas de schème préétabli auquel il peut se référer…

Les situations d’apprentissage et/ou de résolution de problème (au sens large) sont par leur nature des situations nouvelles qui sollicitent les fonctions exécutives : l’élève n’a pas accès spontanément à une solution toute prête, il doit y réfléchir, utiliser des stratégies, les mettre en œuvre, faire des choix, prendre des décisions, etc.

Vous l’aurez donc facilement compris, une des meilleures façons de rendre un élève efficace dans une tâche est de faire en sorte que celle-ci devienne routinière. Pour ce faire, elle doit se répéter fréquemment dans sa vie quotidienne, jusqu’à ce qu’elle devienne… automatique!

Le tout est la somme des parties…

Chaudes ou froides, les composantes des fonctions exécutives sont diverses. Les auteurs ne s’accordent toutefois pas tous quant aux différentes composantes qui y sont associées. Vous pourrez par exemple trouver dans la littérature:

Les Fonctions Exécutives.pdf

Quelques références

Bellaj, T., Soumaya Salhi, I. et Guerra, A. (2021). Chapitre 1 Diversité culturelle et développement des fonctions exécutives chez l’enfant. A. Roy, N. Fournet, D. Le Gall et J-L. Roulin (2021). Les fonctions exécutives de l’enfant. Approches théoriques et cliniques. DeBoeck Supérieur.

Er-Rafiqi, M., Roukoz, C., Le Gall, D. & Roy, A. (2018). Chapitre 13. Fonctions exécutives, environnement et contexte chez l’enfant. Dans : Arnaud Roy éd., Neuropsychologie de l’enfant: Approches cliniques, modélisations théoriques et méthodes (pp. 201-218). Louvain-la-Neuve, Belgique: De Boeck Supérieur.

Gaudreault, K. (2020). Effets d’une intervention basée sur la pleine conscience sur les fonctions exécutives chez des enfants d’âge scolaire [mémoire doctoral, Université de Sherbrooke]. https://savoirs.usherbrooke.ca/bitstream/handle/11143/16758/Gaudreault_Karine_DPs_2020.pdf?sequence=5&isAllowed=y

Mazeau, M. et Pouhet, A. (2014). Neuropsychologie et troubles des apprentissages chez l’enfant : du développement typique aux dys- (2e édition, Ser. Neuropsychologie). Elsevier-Masson.

Moret, A., et Mazeau, M. (2019). Le syndrome dys-exécutif chez l’enfant et l’adolescent : répercussions scolaires et comportementales (2e édition). Elsevier Masson.

Dernière mise à jour: 30 novembre 2021

%d blogueueurs aiment cette page :